Langage

1. Traduction automatique : monomodale et multimodale

La traduction monomodale est la traduction d’un texte ou d’une phrase d’une langue vers une autre. Un cas particulier des réseaux de neurones, dit récurrents, est une méthode d’apprentissage automatique qui encode une phrase dans une langue source, mot à mot, pour former une représentation grammaticale et syntaxique qui lui est propre. Cette représentation est ensuite utilisée, dans un second temps et par ce même modèle, pour générer la phrase traduite dans la langue cible.

La traduction multimodale est ce même procédé, augmenté par une image illustrant la phrase source. Elle permet la désambiguation de noms communs (mots polysémiques), d’article neutre (est-ce féminin ou masculin ?) et de verbes à particule.

La traduction monomodale automatique est déjà présente sur internet, par exemple par le navigateur Google Chrome, qui traduit des websites automatiquement. L’approche multimodale concerne des sites à médias, remplis d’images ou de figures,  et où la traduction dépendrait de ces illustrations. Elle permet aussi une traduction efficace des légendes d’images.

2. Génération automatique de texte

A partir d’un corpus de textes fourni au préalable, la machine apprend comment générer du texte. Elle étudie la syntaxe, la grammaire et le style du ou des auteur(s) qui lui ont été donnés. Lorsque l’entrainement est terminé, elle devient alors capable d’imiter l’auteur et de produire des morceaux de texte qui ressemblent à son écriture. Cependant, tout le secret réside dans un juste équilibre entre deux extrêmes : si l’algorithme est surentraîné, il tend à réaliser un plagiat ; s’il ne l’est pas assez, il produit une écriture absurde et sans signification.

Cas d’utilisation : Les utilisations peuvent être diverses et nombreuses bien qu’elles se rapprochent toutes de l’essai artistique. Pourquoi pas tenter d’inventer la suite d’une série ou de livres que vous avez adoré ? Ou tenter d’entrer en dialogue avec ce discours maladroit d’une machine ? C’est aussi l’occasion de s’en servir comme une première base de travail pour un texte, un discours, une écriture retravaillée ensuite par un humain.